Phaéton revendique

Posté le 9 août 2011

Ce bon vieux Phaéton m’a ce matin fait grief de notre sédentarité estivale

« Depuis le début des vacances nous n’avons guère fait plus d’une vingtaine de kilomètres au septentrion et autant pour le midi, il n’y a guère de quoi pavoiser !

- Je sais, Phaéton, mais le filet à phynances est bien plat, d’ailleurs eût-il été dodu comme la bedaine d’un moine pansu, que la conjoncture ….

- Je sais, admit-il de bonne foi. Bloqués, scotchés, fixés nous sommes. Il n’empêche que des envies d’ailleurs me tarabustent, il me plairait de voir d’autres gens dans d’autres lieux. »

Je me devais d’agir, je le connais bien mon vieux Phaéton, se plaindre n’est pas son genre, la peine était réelle.

J’entrevis une solution, il me faudrait compter sur ta complicité et ta patience, cher lecteur, mais je te sais généreux. Je me lançai

« Phaéton, inversons les rôles, c’est moi qui t’emmène. D’autres gens dans d’autres lieux : je prendrai du temps chaque jour pendant une petite semaine pour te conter d’ailleurs. Nous voyagerons d’esprit : pas de péages prohibitifs, de contemporains bruyants, d’attentes interminables et de déceptions profondes. Je sasserai dans mes souvenirs pour ne t’en garder que le meilleur. Partons sur l’heure !

- Quelle direction, Monseigneur ? » Voilà qu’il me donnait du monseigneur à présent, on aurait fit Jean Marais en Lagardère, n’allait-il pas bientôt vouloir que je lui touche la bosse !
J’imitai Tournesol :

- Tu t’en doutes bien, vieux Phaéton mon complice, l’Ouest, toujours plus à l’Ouest »

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire