Il y a quelque chose en nous de Thénardier…

Posté le 31 juillet 2011

Mais non mon Johnny, toi le chanteur inusable, je ne vais pas te piquer ta chanson. A toi le Tennessee (si tu passes par Nashville fais donc un coucou à Kristofferson, je l’aime bien). Ne t’inquiète pas, garde ta « Rock’n roll attitude », je ne vais pas te le reprocher moi qui t’ai vu surfer sur toutes les modes (rappelle-toi « Cheveux longs, idées courtes » et quelques années plus nous servir « Massachusetts », t’as peur de rien bonhomme, toutes les modes.. si demain les Martiens débarquaient tu chanterais leurs chansons avec une « Rock’n roll attitude » bien sûr !)

Audiard a un peu évoqué le problème par la voix de Maurice Biraud dans « Un taxi pour Tobrouk », c’est de l’anthologie.

Qu’est-ce qui me prend d’attaquer un monument bille en tête ? Le temps sans doute ou un concert « officiel » d’un des derniers quatorze juillet…A moins qu’une certaine demande de nationalité belge en ces temps de discussions sur la bi-nationalité (Sus à la Viking!).

Bon j’arrête, au fond je n’ai pas l’âme féroce, je voulais juste causer éducation. Brisons-là !

A bien y réfléchir nous avons raison, c’est la loi qui le dit et puis la coutume aussi « Tu vas faire ce que je te dis..c’est pour ton bien ». A la maison, au stade, à l’école « Faire ce qu’on me dit..c’est pour mon bien ». Alors il y a les rôdés, ceux qui font tout de suite, il y en même qui anticipent. La cohorte des résignés est de loin la plus nombreuse « Ben c’est comme ça, faut l’faire ». Bien sûr ça cahote un peu, la machine grippe parfois, on se laisse aller mais on s’y met vaille que vaille et au bout du compte on s’en tire.

Mais les rêveurs, les lunaires ? La poignée de ceux qui sont bien dans le monde qu’ils se sont construit. Les cancres à la Prévert..Ceux qui s’extasient de voir les gouttes de pluie sur la fenêtre, les reflets dans les cheveux de la voisine, les nobles chevaliers combattant sans cesse les dragons, les méchants qu’en sais-je ?

La seule réponse que je sache (puisse ?) leur apporter c’est « Cosette, prends ton seau ». Devoir accompli, soit, mais en tirer fierté ?

Et au bout du compte, devenus adultes ? Bientôt la pré-rentrée. Sommes-nous si différents de la classe évoquée plus tôt ?

Tiens, il y a des gouttes d’eau sur la fenêtre….

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire